Visite de travail du Médiateur en chef de la Turquie au Niger pour Raffermissement de la coopération nigéro-turque dans les domaines de développement

Sur invitation du Médiateur de la République du Niger, Me Ali Sirfi Maiga, le Médiateur principal de la Turquie, M. Seref Malkoc, effectue depuis hier une visite de travail de 72 heures dans notre pays. Cette visite intervient après la signature d’un mémorandum d’entente définissant le cadre de partenariat entre les deux institutions. Ces dernières formulent leur volonté d’œuvrer pour le développement d’une coopération fructueuse dans le sens de leurs aspirations mutuelles et de leurs intérêts communs. Au cours de son séjour au Niger, Me Ali Sirfi Maiga et son homologue de la Turquie ont tenu un point de presse au cabinet du Médiateur de la République, en présence du ministre chargé des relations avec les institutions, M. Barkaï Issoufou, de l’Ambassadeur de la Turquie au Niger, SE. Hüseyin Özdemir, des responsables de TIKA au Niger et les collaborateurs de chaque partie.

En prenant la parole au cours du point de presse, Me Ali Sirfi Maiga a tout d’abord indiqué que cette

visite de son homologue au Niger est un hommage à son institution. Selon lui, c’est un acte de foi à la coopération, matérialisée par le mémorandum d’entente signé le 29 novembre 2017 à Ankara. « Cette coopération porte sur plusieurs domaines comme l’échange de la réclamation et de plainte formulée par des personnes morales et physiques des deux pays et pour lesquels les deux institutions peuvent offrir leur service dans le cadre de leur compétence. Il y a également l’organisation de voyage de formation et de toutes activités. Ensuite l’élaboration des programmes et de projets communs et échange des documents », a-t-il dit.

Au-delà de ce partenariat, il y a une dimension humaine, a dit le Médiateur de la République du Niger. « Nous avons planté un arbre pour la prospérité. Je souhaite que cet arbre grandisse et produise des fruits. Le cœur du monde est entrain de se déplacer. Nous croyons fermement à la coopération Nigéro-Turque, parce qu’elle a une dimension humaine. Ce n’est pas le fait de donner, mais la façon de donner qui est important », a-t-il ajouté.

Me Ali Sirfi Maiga devait rappeler qu’à Ankara, ils ont évoqué dans le mémorandum deux situations, à savoir la traite des migrants africains en Libye et la tentation de génocide en Birmanie concernant les Rohingyas. Selon lui, c’est ainsi que le Président de la Turquie, SE. Tayyip Recep Erdogan, a interpelé l’ensemble des Médiateurs des pays membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) de ne pas se taire et de sortir montrer leur colère pour que les droits de l’homme soient respectés.

Quant au Médiateur principal de la Turquie, M. Seref Malkoç, il a d’abord demandé à son homologue du Niger de transmettre les salutations fraternelles du Président de la Turquie au Président de la République du Niger, SE. Issoufou Mahamadou. Il a ensuite expliqué que sa visite en terre nigérienne entre dans le cadre de la coopération des deux pays et du mémorandum d’entente signé à Ankara. 

Pour lui, en dehors de la situation dramatique et humiliante que vivent surtout les émigrants africains en Libye, la situation des Rohingyas en Birmanie, on note également la décision des Etats-Unis d’Amérique de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d’Israël. Face à cette situation, « il nous a été demandé de s’opposer à la décision. Ainsi, nous avons envoyé des lettres à tous les médiateurs du monde et le Président SE. Tayyip Recep Erdogan a convoqué la tenue d’un sommet extraordinaire du sommet de l’OCI pour souligner que Jérusalem reste et demeure la capitale de la Palestine et adopté par l’Assemblée Générale des Nations Unies ». Il faut noter que les deux médiateurs ont  lancé un appel pressant aux Médiateurs membres de l’OCI à se mobiliser pour condamner ses actes.

Après le point de presse, les deux médiateurs ont  ensuite visité l’hôpital de référence de l’amitié Turquie-Niger au quartier Yantala construit sur 5 548m2 par la TIKA. Cet hôpital dispose de matériel de dernière génération. Avec sa capacité de 51 lits, il a aussi deux plateaux techniques, un système de production d’oxygène, une ambulance médicalisée, une maternité, une unité de pédiatrie, une pharmacie et une mosquée. Le personnel médical est composé des nigériens et des turcs. Il ouvrira ses portes entre les mois de mars ou d’avril.

Ensuite, la délégation s’est rendue au complexe scolaire de la fondation Maarif au quartier Bobiel. Ce centre de la coopération nigéro-turque compte 1 053 élèves avec 100 personnels dont 78 enseignants nigériens. Le complexe dispose de trois internats, deux cantines qui servent des repas à 1 600 personnes par jour.

La délégation a enfin visité l’école secondaire de l’enseignement général de l’amitié Nigéro-turque en fin de construction à la ceinture verte de Niamey. Ce centre d’enseignement général dispose de 42 classes et accueillera 1 300 élèves, filles et garçons du secondaire dont 648 seront internalisés. Les travaux de la construction sont à plus de 99%. Il faut noter que la coopération turque à travers la Tika intervient au Niger dans plusieurs domaines notamment dans la santé, l’éducation, l’environnement et l’hydraulique.

 

Onep