Poursuite des pourparlers pour une sortie de crise entre le SNECS et l’USN au Cabinet du Médiateur de la République

La rencontre avec le Syndicat National des Enseignants Chercheurs du supérieur( SNECS) fait suite à celle du bureau de l’Union des Scolaires Nigériens( USN), venu  solliciter l’arbitrage du Médiateur de la République, dans le différend qui l’oppose au corps enseignant de l’Université qui observe  une grève illimitée ayant occasionné l’arrêt des activités académiques.

 Le  Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, qui s’est engagé  dès lors à œuvrer  de concert avec les deux parties pour trouver une issue de sortie de crise,

  a reçu à leur tour les Enseignants Chercheurs  ce jeudi 1er mars 2018 afin d’entendre leur version des faits .

 Après avoir relaté les faits qui ont pour cause principale la violence dont a fait l’objet l’un des leurs au cours d’une altercation  avec une structure de l’USN en l’occurrence la CASO, les Enseignants Chercheurs, ont estimé ne plus être  en sécurité pour exercer en toute sérénité leurs activités au Sein de l’Université.

La délégation du SNECS a également saisi cette opportunité pour faire part au Médiateur de la République  de la situation d’insécurité qui règne à l’Université par la seule faute de la Caso qui sème la terreur et la violence à travers des cas de séquestration, de torture, de viol  etc.…

 Pour le SNECS, qui dit ne rien à reprocher à l’USN ni à l’UENUN, cette situation qui n’a que trop duré, doit prendre fin et que l’Etat  prenne toutes les mesures nécessaires  pour assurer la sécurité des travailleurs comme celle des étudiants dans nos universités. Les enseignants chercheurs ont demandé au Médiateur de travailler dans ce sens pour faire des recommandations au Gouvernement. Pour terminer ils ont informé le Médiateur de la République de la décision des étudiants qui les ont assignés à comparaitre en justice le 6 mars prochain.

Le Médiateur de la République a pris acte des revendications du SNECS et a décidé de sursoir à la médiation qu’il a entreprise, parce que incompétent  une fois que le litige se retrouve  devant les juridictions, selon la loi N° 2013-30 du 17 juin 2013 instituant un Médiateur de la République.

Me Ali Sirfi a  aussi déploré les cas de violence au sein de l’université, ou moment même ou le Niger converge vers une renaissance sociale et culturelle ou de tels agissements doivent être bannis de notre société. Il a enfin souhaité voir les principaux partenaires œuvrant dans le domaine de la protection et de la promotion des droits de l’homme ainsi que les autres partenaires des œuvres universitaires, mutualiser leurs efforts pour que la sécurité et la quiétude reviennent au sein de l’université.

 

Cellule communication du Médiateur de la République